Blog


Les tentatives de séduction de l’armée

Le samedi 24 août 2019, les portes du château de Colombier se sont ouvertes au public. Cette journée a été organisée en étroite collaboration entre l’Etat de Neuchâtel, l’armée suisse, la police et la commune de Milvignes dans le but de présenter certaines activités de l’armée. Nous étions là pour nous confronter à cet absurde événement. Par Aline Bressoud

En 2014, une première journée portes ouvertes du château de Colombier avait été organisée par les autorités cantonales. Ces dernières ont souhaité réitérer cette expérience et pour l’occasion, l’armée a été associée plus étroitement à l’organisation de cet événement. Elle avait, comme le rappelait le lieutenant-colonel Edouard Vifian, comme objectif de « montrer à la population ce que font nos recrues, nos soldats de milice » (Matinale RTN, 02.07.19)… Nous n’avons pas été déçu-e-s du spectacle.
En effet, la quasi-totalité de la manifestation était dédiée à la présentation des activités de l’armée et à l’exposition de l’équipement militaire. Ainsi, après avoir déambulé au milieu des fusils d’assaut et autres lance-grenades et traversé un bivouac, nous avons eu l’honneur d’assister à une démonstration fictive des activités de l’infanterie 2, basée sur le scénario d’une attaque terroriste.
« Faire de l’armée en s’amusant » pour reprendre les propos de Vifian, voilà donc l’adage de la journée. Les enfants étaient bien entendu le public-cible, et plusieurs joyeuses activités ont été proposées : un atelier grimage, un parcours du combattant où les enfants ont pu s’entraîner à tirer avec de faux fusils ou encore lancer des grenades avec des balles en caoutchouc.

L’écologie au cœur des préoccupations de l’Armée
Le clou du spectacle fût certainement atteint grâce à la possibilité donnée aux visiteurs de faire un tour en char Piranha. Alors que Viola Amherd, dans une interview à la NZZ am Sonntag déclarait que « Le Département fédéral de la défense doit devenir un département exemplaire en matière d’efficience énergétique et de protection de l’environnement », dans les faits, cette journée a surtout été marquée par un mépris patent de la cause environnementale. En effet, tout au long de la journée, trois chars Piranha n’ont cessé de tourner au centre du terrain du Bas des Allées.